Premières impressions : Le Brésil, un pays où il fait bon d'être Marocain

Dès l'arrivée à l'aéroport de Rio, la première chose qui m'a marqué est la ressemblance physique des Brésiliens avec les Marocains. L'histoire de Marquinhos (défenseur du PSG dit aussi Maroquinhos) n'est pas qu'un mythe. On s'y croirait vraiment...

Au delà de l'aspect physique, leur disponibilité et leur sympathie avec les étrangers fait qu'on se sent toujours les bienvenus, un peu comme chez soi.

En me présentant, il m'arrivait de dire que je venais de France, et d'autres fois du Maroc. Je ne sais pas s'ils pensaient que je leur mentais quand je leur disais que j'étais Français ou qu'ils sont habitués à en voir, mais à chaque fois que j'ai parlé du Maroc, leur réaction étaient plus étonnée et accueillante, et ça marchait à tous les coups. Il faut dire aussi que beaucoup d'entre eux connaissent le Maroc à travers la telenovela "El Clon" et ont une idée totalement faussée de notre quotidien, mais c'est marrant de leur présenter la réalité et de voir leurs grimaces suprises de s'être autant trompés sur le Maroc.

First impressions : Brazil, A country where it feels good to be Moroccan

As I arrived to Rio de Janeiro, I was surprised by the similarities between Moroccans and Brazilians in terms of physical resemblance, but not only. Indeed, they are always ready to answer all questions even when you don't know them at all, and they would always make you feel home.

Also, at times I would say that I come from France, and sometimes I introduce my self as Moroccan. I am not sure if they don't trust I could be French or if they already saw too many French in Brazil, but their reaction was always warmer and more surprised when I would talk about Morocco.

I also learned they hear of Morocco from a Soap Opera called "El Clon" that gave them a totally wrong image about our daily life, but it's always amusing to see their reactions when I describe our life which is actually not so different from theirs.



Les villes que j'ai visité/Cities I've been to

Rio de Janeiro

La ville la plus festive que j'ai connu de ma vie (précision : je ne suis jamais aller à Ibiza ou à Cancun pendant le Spring Break) et probablement une belle destination pour faire des visites, mais je ne peux pas trop cous aider à ce niveau car je n'ai pas trop eu le temps d'y faire le touriste.

To me, Rio de Janeiro is the Party city Number 1 I've ever been too (I have to say I've never been to Ibiza or Cancun during Spring break). It also looks like a city rich with monuments and interesting sightseeing spots, but I can't help you with that as I didn't have time for touristic visits.

Ubatuba

Calme assuré, plages magnifiques, et spot idéal pour les surfers amateurs. Avec plus de 100 plages étalées sur 100 km de côte. Je n'y ai rencontré que quelques touristes Européens mais c'est à Ubatuba que j'ai fait la connaissance de plusieurs voyageurs Sud-Américains.

100 beaches in 100 km of coast: Ubatuba is the perfect place for surfers and for those who want to meet South American travellers instead of Europeans that you can meet everywhere.

Paraty

Petit coin de paradis entre jungles et plages où il fait bon passer quelques jours. Ce n'est ni l'endroit idéal pour totalement déconnecter ni pour faire la fête, mais Paraty est incontournable si on passe par Rio ou Sao Paulo et qu'on a envie de voir de beaux paysages naturels.

A little piece of paradise stuck between jungle mountains and beaches: ideal spot to spend few days in impressive natural landscapes if you're visiting Sao Paulo or Rio de Janeiro. However, don't count on Paraty as a party place or to get totally disconnected from your daily routine.

Sao Paulo

LA métropole par excellence du Sud du Brésil avec ses 20 millions d'habitants. Villa Madalena, Paulista sont les endroits que je recommanderais. Vous pouvez compléter avec le quartier Japonais, le temple de Salomon et le musée du football pour les passionnés.

Huge 20M inhabitants metropole you need to visit if you miss traffic jams. I recommend villa Madalena and its streetart, Paulista neighbordhood, Japanese town, Salomon temple and football museum for aficionados.


Foz do Iguaçu

Les plus grandes cascades du continent Américain, entre le Brésil et l'Argentine (les 2èmes du monde après Victoria entre la Zambie et le Zimbabwe) ne vous laisseront pas indifférents. Ce qu'on y voit est vraiment impressionnant, mais j'ai moi-même eu une petite préférence pour le côté Argentin qui est bien plus imposant.

Iguaçu falls, between Brazil and Argentina, are the biggest waterfalls in America and the second biggest in the world after Victoria falls (between Zambia and Zimbabwe. They are really massive and what you can see from the Brazilian side is really impressive, but I have a small preference for the views from the Argentinian side.



j'ai aimé/I liked

  • La liberté : le sentiment que chacun peut s'assumer comme il/elle est qu'elle que soit son orientation sexuel ou la taille de son pantalon
  • 0 complexe : les filles "de tous les gabaris" se mettent en maillot et les mecs se mettent torse nu sortent leur bide sans s'en faire de ce que peuvent penser les autres... d'où ce sentiment de liberté dont je parle juste avant. Le culte du corps est certes apparent avec des corps de rêve qui trainent partout, mais il n'y a pas que ça.
  • Les efforts des Brésiliens pour comprendre et se faire comprendre en utilisant l'anglais, l'espagnol et le langage universel des signes
  • Freedom: 'Come as you are' makes sense in Brazil. Everyone is accepted by the others and nothing is shocking anyone just because they would do things differently
  • No complex: Hot bodies are everywhere, but so are 'plus size' who accept their bodies and don't make any effort hiding it because society taught them that they should be thin and athletic.
  • Brazilians efforts to understand what you're trying to tell them and to express themselves using Spanish, english and the international sign language

Je n'ai pas aimé/I disliked

  • Le sentiment d'insécurité : surement dû au fait que j'ai trainé avec beaucoup d'étrangers qui me rappelaient que c'était une des villes les plus dangereuses du monde, mais les quelques Brésiliens que j'ai croisé ne m'ont pas rassuré non plus en me mettant en garde de bien cacher mon téléphone à chaque fois.
  • Être touriste étranger n'est pas commode : acheter une carte SIM est impossible, un billet de bus sur Internet sans carte Brésilienne un vrai marathon
  • L'indisponibilité des billets de bus en période de saison haute
  • Permanent insecurity feeling: Brazilians and foreigners I met kept on warning me about hiding my phone when I was taking pictures, and told me stories about theft sceneries they've seen, so you have this annoying feeling that can prevent  you from enjoying some moments
  • Foreigners tourists in Brazil can't get a SIM card without CPF Number (ID) and have many troubles buying bus tickets on Internet without a Brazilian card
  • It happened to me that bus tickets were not available for 4 days during the high season


Ces mots/expressions que j'ai adopté

Treych po deych : (3 por 10) il s'agissait en effet de mon hymne pendant les blocos car tous les vendeurs de boissons gazeuses fraiches (nécessaires pour tenir sous les 40°C) qui n'arrêtaient pas de crier ça durant tout le carnaval vendant leurs 3 sodas à 10R$.

Iiiiiiisssou : 'é issou', utilisé par les Brésiliens avec une petite mélodie pour dire "tout à fait", ou encore "c'est bien ça".

Tabon : (à lire en Français) Diminutif de 'esta bon', et vu qu'au Brésil, tout va toujours pour le mieux c'est une des expressions les plus utilisées.

 

PS : Si vous voulez amuser un(e) Brésilien(ne) (du moins en 2016) chantez lui  Baile de Favela. Elles adorent ça ! :)

Useful words @ expressions

 

Treych por deych : (3 por 10) probably my favourite sentence during the Carnival as you could hear it all the way during the blocos by the fresh drinks sellers (mandatory when it's 40°C) as a promotion for 3 sodas costing 10R$.

Iiiiiiisssou: meaning 'é issou'. Brazilians love to sing it when they agree with you and want to tell you 'indeed' or 'that's what I'm talking about'.

Tabon: (to be read in French) meaning 'esta bon'. Here again, Brazilians love to say it 3 times in one sentence, because everything is always fine.

 

PS: If you want to impress or entertain Brazilians (in 2016), sing Baile de Favela. They love it! :)